Fédération Ecologie et Démocratie

bandeauecologieetdemocratie.png

www.ecologieetdemocratie.eu

yvesetjlb.bmp

Nous avons eu le plaisir, ce mardi 16 février (2010) d’annoncer le lancement   officiel de la « Fédération Ecologie et Démocratie en France et en  Europe ».

Cette Fédération présidée par le Député Européen Jean-Luc Bennahmais et dans laquelle j’ai été désigné à la fonction de Secrétaire Général Adjoint est ouverte à tous ceux pour qui écologie et démocratie sont indissociables. Cette fédération vise l’accélération de la mise en place des mesures indispensables à l’émergence d’une société responsable.

- « Ecologie et démocratie » participe en France et en Europe à toutes les initiatives qui œuvrent à la construction d’une force démocrate, écologique et sociale dont le Mouvement Démocrate (MoDem) est le principal référent en France et le Parti Démocrate Européen en Europe.
- « Ecologie et démocratie » débat avec toutes les formations se revendiquant de l’écologie politique en France et en Europe.
- « Ecologie et démocratie » est ouverte aux discussions avec tous les démocrates, laïcs et républicains et soutient en ce sens l’initiative du Rassemblement initiée à Marseille et Dijon autour de Vincent Peillon, Marielle De Sarnez, Daniel Cohn-Bendit, Christiane Taubira, Robert Hue, François Rebsamen et Jean-Luc Bennahmias.

La Charte des valeurs fondamentales (ci-dessous) détaille ces mesures : entre autres, nous visons la diversification des ressources, l’abandon immédiat des centrales EPR, une gestion raisonnée des déchets ménagers, le développement du logement social respectant les critères Haute Qualité Environnementale, la redéfinition d’une politique migratoire juste, axée sur le droit de circulation, le maintien des services de proximité et la redéfinition de la notion de « services publics », la réaffirmation de la laïcité… Toutes ces mesures tendent à préserver le pacte républicain, car notre bon vivre-ensemble en dépend : il est le garant de la démocratie !

« Ecologie » est indissociable de « Démocratie » : il faut insister sur ce point.
Ne nous leurrons pas : bien des  perspectives de changements écologiques se heurtent à l’incompréhension et au refus des populations. Les changements structurels fondamentaux doivent être définis de concert avec les populations.

Dans le cas contraire, le développement n’aurait de durable que le nom !

vision.png     charte.png     adhsion.png

1.Développement Durable

Le développement durable est la pierre angulaire d’un projet politique et sociétal nouveau, à partir duquel il est possible à la fois :

- de relancer un emploi de qualité ;

- d’instaurer une économie responsable ;

- de garantir aux générations futures une haute qualité environnementale et sanitaire.

2.Sobriété énergétique

La sobriété énergétique est celle que l’on ne dépense pas, mais que l’on économise.

- Il s’agit d’être sobre dans l’utilisation des énergies fossiles ;

- Par ailleurs, il est évident que cela permet à tous d’augmenter son mieux-vivre : pouvoir d’achat, santé, réduction d’émissions de gaz à effet de serre…

3.La diversification des ressources

La diversification des ressources renouvelables dans un cadre décentralisé et de proximité est LE pilier d’une croissance dynamique.

- Qu’il s’agisse des filières du bois, du solaire thermique et photovoltaïque, de la géothermie, de l’éolien, de la filière agricole (huile végétale), de l’hydraulique, de l’énergie marémotrice, nous devons être les leaders de ces activités non-délocalisables.

4.Défense de la biodiversité

Protéger les espaces naturels et la biodiversité, reconstituer des biotopes : la tâche reste immense. Il convient de :

- développer les corridors biologiques, en mettant en place un vaste plan de protection de la biodiversité ;

- instaurer le principe de compensation écologique pour les grands projets qui bousculent nos paysages, notre environnement et les équilibres écologiques : création de zones humides, reconstitution de mares, requalifications végétales, protection de la faune et de la flore pour optimiser le tracé des trames vertes et les liaisons biologiques existantes ou à créer.

5.Changement climatique

Le changement climatique nous impose de réduire impérativement de 30% nos rejets de gaz à effet de serre d’ici 2020.

-  Dans l’optique d’une justice écologique et sociale, il faudra mettre en place au plus vite une fiscalité carbone européenne équilibrée.

6.Déchets ménagers

La gestion des déchets est un enjeu fondamental de ce nouveau siècle. Nous avons, en ce domaine, tout à repenser.

- L’incinération ne peut être acceptée que lorsque la réduction à la source, la collecte sélective, le recyclage et la valorisation des ressources (ex: le méthane, le compost…) sont effectifs.

- Réformons la structure et les accords financiers  d’éco-emballage

- Remettons en place le système des consignes

7.Nucléaire

Il est indispensable de développer la sécurisation du nucléaire.

- Abandon des centrales nucléaires EPR. Accélération de la recherche sur la génération 4.

- Maintien d’une haute sécurité dans les centrales existantes en évitant l’externalisation des sous-traitants.

- Eviter la circulation des milliers de tonnes de déchets en France, en Europe et dans le reste du monde….seuls les déchets de haute toxicité doivent être transportés à la Hague pour y être traités.

8.Logement

Le nombre de logements sociaux est très insuffisant.

- Revalorisation du logement social : équiper les HLM en systèmes privilégiant les énergies renouvelables (solaire, géothermie..), en récupérateurs d’eau de pluie, en composteurs…

- Construction d’éco-quartiers populaires appliquant l’ensemble des normes environnementales les plus ambitieuses.

9.Transport

Le transport est sans aucun doute le secteur qui doit, le plus urgemment, réaliser sa révolution. Le « tout-routier » n’est plus acceptable sur le plan économique, encore moins sur le plan environnemental.

- Nous devons accélérer la mise en place des lignes ferroviaires à grande vitesse au travers de toute l’Europe, en lien avec les TER, tout en assurant des compensations qualitatives et quantitatives équilibrées avec les riverains et professionnels affectés par ces nouvelles infrastructures ;

- Incitons les personnes à se déplacer grâce aux transports « doux » (vélos, rollers, à pied…) ;

- Développons les concepts de covoiturage et de véhicules partagés ;

- Développons le ferroutage et tous les modes alternatifs de transports de marchandises (voies maritimes et fluviales).

10.L’Eau potable

L’eau potable n’est pas une marchandise. Notre première responsabilité est de préserver cette ressource devenue précieuse. L’accès à l’eau potable et à l’assainissement nous conduisent à présenter des alternatives à la marchandisation qui a démontré ses limites.

- Nous encourageons les tarifs sociaux, avec un minimum vital gratuit aux particuliers, et au-delà, des tarifs propres à éviter le gaspillage.

11.Famine et pauvreté

La famine et la pauvreté sont les plaies récurrentes de nos civilisations. Pourtant, les files d’attente de plus en plus longues aux Restaurants du Cœur, auprès des banques alimentaires et des associations caritatives ne sont pas une fatalité.

- Grâce à la solidarité, aux politiques sociales (nationales et européennes) et à une volonté de redistribuer différemment les richesses que nous produisons, nous serons en mesure de lutter efficacement contre ces deux fléaux.

12.L’Immigration

L’immigration est une problématique que nous devons dépassionner et libérer des discours nationalistes et xénophobes.

- Il s’agit de redéfinir une politique migratoire juste, axée sur le droit de circulation de tous les peuples (droit distinct de celui de résidence) ;

- Aucune frontière n’est hermétique. Leur fermeture est un leurre. Développons une politique d’accueil humaniste incluant une véritable politique d’intégration et d’égalité des chances ;

- La gestion obligatoire des flux migratoires est intimement liée à l’aide au développement.

13.L’Aide au développement

L’aide au développement n’est pas un objectif humanitaire ou un acte de charité. C’est une condition impérative d’un développement économique équitable !

- Utilisons le Fonds d’Aide au Développement le plus directement possible auprès des  populations ;

- Consacrons-y 1% de nos PNB.

14.L’Aménagement du territoire

L’aménagement du territoire est le prisme au travers duquel nous pouvons garantir le développement durable du pays.

- L’objectif est d’instaurer une économie de proximité, qui maintienne les populations et les activités des milieux ruraux, de moyenne et de haute montagne.

15.Recherche

Face aux enjeux des années futures, la recherche demeure un défi à relever en urgence.

- Il nous faut impérativement développer les budgets de la recherche et de la formation ;

- Réaliser une mise en réseau des centres de recherche ;

- Privilégier les relations Chercheurs – Universités – Secteurs socio-économiques ;

- Aider à l’émergence de secteurs innovants.

- Page en construction…Veuillez nous excuser de ce désagrément !

16.Agriculture

Il est indispensable de passer à une agriculture de qualité préservant les ressources pour les générations futures.

- Il nous faut aider les productions locales et de saison pour une agriculture saine, paysanne et raisonnée permettant d’aller le plus possible vers l’agriculture biologique.

- Le défi d’une utilisation sobre des ressources en eau doit mobiliser nos initiatives.

17.Services publics

La notion de « services publics » devra être mieux définie afin de préserver le pacte républicain et le mieux vivre-ensemble (banque, poste, police, eau…)

- Nous devons garantir la présence des services publics et tout particulièrement  dans les zones rurales et les banlieues ;

- Nous devons accompagner ces efforts d’une réflexion poussée sur le développement de l’économie sociale et sur les sociétés coopératives de production (scop) : des activités qui soient compatibles avec la poursuite de l’intérêt général que les services publics incarnent.

18.La politique entrepreneuriale

Les acteurs de la politique entrepreneuriale, outre les services de proximité qu’ils procurent aux populations et aux territoires, sont une chance exceptionnelle pour l’emploi, quels que soient le niveau des qualifications.

- développer l’artisanat, les TPE-TPI, les PME-PMI ainsi que les professions libérales qui demeurent trop souvent les parents-pauvres des politiques économiques ;

- favoriser et soutenir l’économie sociale et solidaire par l’émergence de micro- projets.

19.Démocratie

La démocratie est une richesse qu’il ne faut jamais considérer comme acquise.

- L’indépendance de la justice, l’équilibre des pouvoirs et des contrepouvoirs, la transparence de l’action publique… nous conduisent à poser les jalons d’une VIe République, et d’une proportionnelle proche du système allemand ;

- Face aux tendances monopolistiques, nous devons défendre la pluralité des médias historiques et des nouveaux médias.

20.Laïcité

La laïcité est une valeur républicaine centrale. Nous devons respecter tous les cultes, tout en restant fermes sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

- si les pouvoirs publics n’ont rien dicté en la matière, il faut également garantir que les expressions religieuses ne dictent rien au domaine public ;

- garantie des libertés individuelles en renforçant le pouvoir de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

21.Europe

La Construction européenne est évidemment une réalité que nous devons continuer de construire, notamment en rénovant ses objectifs et ses logiques.

- afin de parvenir à des équilibres durables, mais aussi de peser en ne parlant que d’une seule voix face aux grands défis mondiaux, nous souhaitons l’émergence d’une Europe politique, sociale et humaniste, organisée de manière fédérale et démocratique, représentative des peuples et des territoires.

- désormais, nous devons construire l’Europe politique et sociale, fondée sur davantage de démocratie et de transversalité des problématiques.

- s’agissant de l’Europe économique, nous devons nous battre pour un véritable plan de relance européen dans le domaine de la réindustrialisation de haute technologie, ainsi que pour une communauté européenne de l’Energie qui passe par un plan européen de production à base d’énergies renouvelables.

- après le néant politique de l’Union européenne pendant les négociations sur le changement climatique à Copenhague et la catastrophe d’Haïti, nous devons imposer une véritable vision européenne qui dépasse les nationalismes, et les « m’as-tu vu? » stériles qui nous ridiculisent.

 

logocologieetdmocratie1.jpg

 

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine