Conseil municipal : Fessenheim fissure la majorité (Art l’Alsace)

Posté par Yves Baumuller le 13 avril 2011

aumomentdevoterlamajoriteetaitpartageeentrelesmotionsconcurrentesdelelectronlibregu.jpg
Trois motions concurrentes sur la centrale de Fessenheim ont été présentées lundi au conseil. Celle du maire l’a emporté, presque sans surprise…

Cachez cette motion que je ne saurais voir… Guy Waehren avait promis de soumettre au conseil municipal un texte sur la fermeture de la centrale de Fessenheim, inspiré de la motion votée par le Conseil régional de Franche Comté (notre édition de samedi). L’électron libre écolo a beau faire partie de sa majorité, pas question pour Gilbert Meyer de laisser passer un texte issu d’une Région de gauche. Le maire a donc sorti du chapeau lundi soir une « déclaration » concurrente, beaucoup plus en phase avec la politique gouvernementale. Une troisième motion déposée par le Vert Frédéric Hilbert devait compléter le débat.

Sauf que de débat, il n’était pas question non plus. Gilbert Meyer a d’emblée écarté cette possibilité, en se référant à l’article 18 du règlement intérieur du conseil, qui exclut toute discussion hors du champ des « prérogatives municipales ». « Je ne suis pas opposé à un vote direct, à condition qu’il n’y ait pas de débat. » Méthode entérinée à main levée par le conseil, au grand dam de Dominique Grunenwald, qui dénonce « une récession de la démocratie ».

Sur le fond, les deux motions « écologistes » sont assez proches. Toutes deux réclament la fermeture de la centrale. « Les promoteurs de Fessenheim expliquent que celle-ci a été construite pour résister au risque sismique maximum constaté sur les 1000 dernières années […]. C’est avec les mêmes arguments que les Japonais ont prolongé l’exploitation de Fukushima », rappelle le texte signé par Guy Waehren, Simone Lichtenauer et Odile Uhlrich-Mallet. Même parallèle pour Frédéric Hilbert, qui demande de transformer Fessenheim en « centre d’étude de démantèlement des centrales nucléaires »

Rien à voir avec le texte du maire, qui demande « le strict respect des consignes du Premier Ministre » en faveur d’un audit de sûreté des centrales, et appuie les demandes d’études complémentaires de la Commission locale d’information et de surveillance en faveur (nos pages Région d’hier).

Sans surprise, la motion de Frédéric Hilbert n’a recueilli que 8 voix, 5 abstentions et 15 contre. En revanche, celle de Guy Waehren a bien failli passer, avec 14 voix pour, 6 abstentions et, l’espace d’un instant, seulement 9 contre… On a senti comme un flottement dans la majorité, qui a dû piocher dans les procurations pour faire passer la motion à la trappe. À l’arrivée, 17 voix contre.

Seule la motion du maire a donc été adoptée par 27 voix pour, 4 abstentions (dont Jacques Dreyfuss) et 6 contre (dont Guy Waehren et Yves Baumuller). Ouf ! Pendant un instant, on aurait pu se croire à Strasbourg.

Publié dans Baumuller, National, Regional, Revue de Presse, Ville de Colmar | Pas de Commentaire »

 

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine