Archive pour mars, 2011

Réactions (Art DNA)

Hubert Ott, vice-président du MoDem 68 et Yves Baumuller, délégué départemental : « Nous nous réjouissons de la réussite de Henri Stoll et celle de Max Delmond qui montre que lorsque le rassemblement est clair et précis dès le départ il peut susciter l’adhésion des électeurs. Nous nous réjouissons aussi du succès des écologistes et du SPD dans le Bade-Wurtemberg qui vont être des alliés précieux pour régler le problème de Fessenheim.

« Guéguerre » contre le Département (Art l’Alsace)

conseilmunicipalgueguerrecontreledepartement.jpgLe débat de lundi soir a été ponctué par des pics acerbes du maire à l’encontre du Département.

Il semble que le maire de Colmar a quelques griefs contre le Département du Haut-Rhin. L’histoire n’est pas nouvelle, elle s’est étalée, lundi, lors du conseil municipal.

C’est l’élu Tristan Denéchaud qui a mis le feu aux poudres par cette question à l’adresse de Gilbert Meyer : « Vous vous posez en victime de l’État qui ne tient pas ses engagements. Pourquoi ne pas avoir été plus tolérant avec le Département qui invoquait les mêmes raisons pour justifier que le contrat de territoire de Colmar ne soit pas à la hauteur de vos espérances ? » Réponse, pleine de sous-entendus, de l’intéressé : « Si on annonce des dépenses, il faut aussi donner les recettes ! » On entend très fort les points de suspension ! Et d’affirmer qu’en 2008, il y avait entre les deux données, un différentiel positif de cinq millions d’euros.

Pourquoi des chiffres de 2008 et pas de 2010 ou 2009 ? La remarque a été faite par le Vert Frédéric Hilbert, également conseiller général, sachant que, depuis, la crise est venue et les déficits se sont creusés. Le maire répond qu’il n’avait pas à sa disposition les statistiques plus récentes.

Le Vert fait mine — et mime — que les bras lui en tombent ! Avec ce commentaire à l’adresse de Gilbert Meyer : « Vous mettez des chiffres qui n’ont rien à voir les uns à côté des autres ! » Brigitte Klinkert, vice présidente du Département, est également montée au créneau : « Vous êtes un donneur de leçon par rapport aux collectivités territoriales. Je ne peux pas laisser passer cela. En 2011, 60 millions ne seront pas compensés par l’État sur un budget du Département de 320 M€. »

Une seconde attaque est intervenue à propos du Cucs, contrat urbain de cohésion sociale (voir ci-contre). L’élu Yves Baumuller a indiqué, au détour de sa présentation, être surpris que la place réservée au conseil général reste toujours vide depuis trois ans. « Je n’ai jamais été invité, si c’était le cas, je viendrais avec plaisir », a répondu Frédéric Hilbert. L’élu de la majorité lui a précisé que l’invitation allait au président Buttner. Brigitte Klinkert, là encore, est venue à la rescousse en indiquant que « cette absence était regrettable », tout en ajoutant : « Mais je peux aussi répertorier une liste de structures où la Ville, invitée, ne siège pas. Il faut arrêter ces petites guéguerres qui ne sont pas productives et réfléchir plutôt en terme de partenariat. »

Donnez un exemple, lui a intimé le maire. « On n’est pas des balances ! », a rétorqué Dominique Grunenwald, très en verve lundi soir

CUCS : des aides resserrées (Art l’Alsace)

Les élus, sauf les socialistes qui se sont abstenus, ont voté la première tranche de crédits pour le Cucs, contrat urbain de cohésion sociale. 288 600 € (134 700 € de la Ville et 153 800 de l’État) serviront à financer 36 projets sur 55 présentés ; dix ont été reportés et neuf refusés. Ces actions, portées par des associations dans les quartiers Europe/Schweitzer et Florimont/Bel-Air, visent la santé, l’emploi, la citoyenneté, la réussite éducative, etc.

Plusieurs élus ont regretté la diminution de 20 % de la subvention de l’État. Le rapporteur Yves Baumuller a ajouté que ce financeur avait d’ores et déjà annoncé que le désengagement serait « encore pire dans les années venir ».

Victorine Valentin, socialiste, a prôné des conventions pluriannuelles pour permettre un travail à long terme. Elle a par ailleurs trouvé « inacceptable » que l’aide à l’Appona ait été diminué d’un tiers, la Ville et l’État ayant réduit leur participation de 5 000 €.

Philippe Greiner, élu de la majorité, a lancé : « Il y a des actions qui pourraient être mutualisées. Il faut donner un signal fort aux associations car on ne pourra pas continuer à distribuer l’argent sans effort de leur part ».

Le MoDem se met au vert (Art l’Alsace)

Henri Stoll, candidat à sa réélection à Kaysersberg, reçoit aussi des soutiens, plutôt inattendus ceux-là : dans un communiqué diffusé hier, cinq cadres du MoDem haut-rhinois dont deux vice-présidents et un délégué départemental (Hubert Ott, Régis Baschung et Yves Baumuller) indiquent « à titre personnel » que les électeurs du MoDem « peuvent se retrouver » dans la candidature de l’écologiste. Pour les signataires, ce soutien est aussi une manière de se désolidariser de leur porte parole national, le Strasbourgeois Yann Wehrling qui, à titre personnel toujours, se prononçait en faveur des candidats régionalistes d’Unser Land (notre édition de dimanche).

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine