19 décembre 2010 ~ 0 Commentaire

Social :Attirer de nouvelles associations, de nouveaux projets (Article l’Alsace)

ybcucs2.png 

La municipalité aimerait impulser un vent de nouveauté dans le dispositif du CUCS.

L’adjoint au maire René Frieh et le conseiller municipal Yves Baumuller ont réuni, vendredi soir, les associations dans le cadre du CUCS, Contrat urbain de cohésion sociale. Réunion habituelle et annuelle depuis 2007, date de mise en œuvre du dispositif.

Il s’agissait d’aider les associations dans la préparation de leurs dossiers et demandes de subventions à déposer avant le 11 janvier. « On a financé 52 associations et 71 projets cette année. Notre enveloppe, inchangée depuis le début, est de 255 000 €; on en a utilisé 99,98 % », a déclaré Yves Baumuller lors d’une conférence de presse avant la réunion.

Si la municipalité a voulu médiatiser le dispositif c’est, pourrait-on résumer, pour donner un coup de fouet au CUCS. « Nous aimerions élargir le cercle des associations impliquées et susciter de nouveaux projets », poursuit M. Baumuller. En effet, nombre projets financés (moitié Ville, moitié État), sont reconduits chaque année. Les élus ont même des idées : « Dans le domaine de l’emploi, on aimerait développer un garage associatif, à vocation sociale pour ceux qui n’ont pas les moyens de faire réparer leurs voitures, sans faire de concurrence aux autres bien sûr ».

Priorités politiques

Les projets concernés par le CUCS visent les quartiers Ouest (Europe/Schweitzer et Florimont Bel’Air). Ils doivent s’inscrire dans quatre thématiques : « Emploi et développement économique », « Réussite éducative », « Prévention de la délinquance » et « Santé ». Dans chaque thématique, la Ville a fixé une priorité, comme favoriser l’insertion professionnelle des publics en difficultés ou promouvoir la santé des publics fragilisés. « Là, on est dans le choix politique », insiste Yves Baumuller qui ajoute que cette politique a des effets : « L’emploi représentait 8 % de l’enveloppe en 2008, 30 % en 2010 ». Le jeu de la balance impose que cela ait baissé quelque part… « Les actions culturelles, on a perdu 30 %, mais cela représente encore 42 000 €». « On examine de près le nombre de bénéficiaires des actions et parfois cela se comptait en unités », ajoute René Frieh. Cette année, 15 projets se sont vus opposer un refus.

La réunion était aussi l’occasion de deux annonces. Une bonne : l’État, dont on craignait le désengagement, reconduit le CUCS jusqu’en 2014. Une qui n’a pas lieu d’inquiéter insistent les élus : un cabinet de consultants a évalué les projets. Leur rapport sera diffusé début de l’année.

Annick Woeh

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine