22 mars 2010 ~ 0 Commentaire

La gauche devance la droite (Article DNA)

Grosse surprise à Colmar où la gauche et les écologistes (42,98 %) devancent de 67 voix la liste de la Majorité alsacienne (42,62 %) soutenue par l’UMP. Le report des voix a essentiellement profité à la droite. Le FN est en net recul.
Chez les socialistes et écologistes colmariens, la déception se mêlait hier soir à l’espoir. Attristés par leur défaite au niveau régional, ils se sont rassurés par le résultat dans leur ville qui les place devant la droite, de 67 petites voix : 42,98 % pour la liste Bigot (7 938 voix) contre 42,62 % pour la liste Richert (7 871 voix).

« On aurait aimé être devant »

« On prend les victoires qu’on peut », note un militant écologiste. « C’est une petite révolution », se réjouit Alison Ober. « Incroyable ! C’est bon ! », sourit Frédéric Hilbert. « Je suis fière et heureuse », dit la socialiste Victorine Valentin, « reconnaissante du travail fait sur le terrain ».
Pour Alison Ober, ce score est le résultat du « rassemblement » entre le PS et Europe écologie et du « beau travail » réalisé entre les deux tours. « On sentait un frémissement dès le 1er tour », relève pour sa part le conseiller général Vert.
La gauche gagne 1 090 voix par rapport au premier tour et plus de 4 points par rapport à 2004. La liste Richert engrange 3 255 voix de plus, issues à la fois du MoDem, de la liste Striby mais essentiellement de la mobilisation de l’électorat : la participation (45,82 %) a gagné plus de 7 points, Colmar ayant gagné 3 226 électeurs supplémentaires entre les deux tours. Comme en 2004, le canton Nord a placé Jacques Bigot en tête alors que Philippe Richert gagne dans le canton Sud.
La liste de Patrick Binder (FN), passe de 2 014 voix à 2 659 voix, un gain qui correspond au nombre de voix obtenues dimanche dernier par Alsace d’abord. Le Front national perd plus de 7 points par rapport à 2004.

La cartographie politique
sera-t-elle modifiée ?

« Bien sûr qu’on aurait aimé être devant », lâche Yves Hemedinger (UMP), élu conseiller régional hier, qui se rassure en rappelant que Philippe Richert gagne plus de 2 points par rapport à la liste Zeller de 2004 et que la Majorité alsacienne a progressé en nombre de voix entre les deux tours. Pour l’UMP, ce sursaut est lié à la campagne menée par ses équipes locales. Gilbert Meyer se dit satisfait tout en expliquant que beaucoup de citoyens ont voté dans une perspective nationale et non régionale.
Le score colmarien de la liste PS-Europe écologie dépasse de plus de 3 points celui qu’elle a obtenu dans le Haut-Rhin alors que la liste Richert est en retrait d’un demi point par rapport au département. Ces tendances, combinées à la défaite dès le premier tour du MoDem d’Odile Uhlrich-Mallet, modifieront-t-elles la cartographie électorale et politique à Colmar pour les prochaines échéances ?
La stratégie de l’UMP locale conjuguée aux querelles internes continuent de laisser des traces. L’ouverture municipale aurait-elle aussi été jugée, comme à Mulhouse, lors de ce scrutin où enjeux locaux, régionaux et nationaux se sont allègrement mêlés ? Hier soir en tous cas, Yves Baumuller (MoDem) et Laëtitia Rabih (Radicaux de gauche), membres tous les deux de la majorité municipale de Gilbert Meyer, ont fait un petit tour chez les socialistes et les écologistes.

F. By

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine