11 novembre 2009 ~ 0 Commentaire

Lettre ouverte au Président Sarkozy

Yves Baumuller
Conseiller Municipal et Communautaire De la Ville de Colmar

6, rue du Cèdre 68000 COLMAR

06 61 66 88 03 y.baumuller@free.fr

à Monsieur Nicolas SARKOZY

Président de la République Française

Palais de Elysée

Rue du Faubourg St Honoré

75000 PARIS

Colmar le 11 Novembre 2009.

Monsieur le Président de la République,

Je viens de suivre à la télévision et de réécouter sur le site internet de la présidence votre discours à l’occasion de la cérémonie nationale du 11 novembre. La présence historique, pour reprendre vos mots, de la Chancelière allemande à vos côtés est en effet un acte fort qui souligne, une fois de plus, l’amitié désormais indestructible entre nos deux peuples.

J’ai particulièrement apprécié dans votre discours le rappel, de l’attitude des vainqueurs de cette guerre qui par manque de générosité, n’aura pas permis qu’elle soit la dernière, évoquant ainsi entre les lignes le Traité de Versailles et ses effets dévastateurs sur le peuple allemand.

Par contre, j’ai été choqué que vous abordiez en évoquant cette guerre, l’Histoire des Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l’armée allemande, l’Histoire de ceux que l’on dénomme les Malgré Nous. Les Alsaciens morts entre 1914 et 1918 étaient tous nés allemands, puisque l’Assemblée Nationale avait, par un vote en 1870, cédé l’Alsace et la Moselle à l’Allemagne.

En tant qu’Alsacien et surtout en tant que petit fils d’un Malgré Nous, né en 1917, ayant fait son service militaire français à partir de 1938, ayant combattu avec la France jusqu’en 1940, puis incorporé de force dans l’armée du 3ème Reich en 1942, ayant combattu sur le front de l’Est pour sauver sa vie, fait prisonnier par les Russes, interné dans le camp de Tambow dont tant de jeunes hommes ne sont pas revenus (plus de la moitié des 32 000 alsaciens morts après leur incorporation sont morts dans les camps soviétiques, le dernier prisonnier alsacien est rentré le 16 avril 1955), je vous le réécrit, je suis choqué !

Comment peut-on à votre niveau de responsabilité, dans un discours qui se veut historique faire une erreur chronologique aussi grossière, laissant entrevoir votre méconnaissance de ce qu’est l’Histoire des Alsaciens et des Mosellans ?

J’apprécie néanmoins, que vous considériez le drame vécu par ces jeunes hommes, comme l’un des plus poignants de notre histoire commune, tout en estimant que, pour que l’histoire soit interprétée à sa juste valeur, elle se doit d’être présentée dans sa juste chronologie.

Dans l’attente de vous lire à ce sujet, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma plus haute considération.

Yves Baumuller

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine