Archive pour janvier, 2009

« Une alternative à la gauche comme à la droite  » (l’Alsace)

Née le 17 décembre, la section Colmar-Rhin-Vosges du MoDem se mobilisera bientôt pour les élections européennes. 

Le MoDem n’est plus un nouveau venu dans le paysage politique colmarien, avec déjà trois campagnes à son actif — les législatives de 2007 et les municipales et cantonales en mars 2008 – et une poignée d’élus au conseil municipal de Colmar et la Communauté d’agglomération (Odile Uhlrich-Mallet, Yves Baumuller, Guy Waehren).
Ce n’est pourtant que le 17 décembre dernier que la section locale du MoDem, baptisée Colmar-Rhin-Vosges, a officiellement vu le jour, dans la foulée de la fédération départementale créée fin septembre. Elle est d’ailleurs la première section Modem à se structurer dans le département. Rassemblant les 11 cantons qui composent les 1re et 2e circonscriptions, la section compte actuellement 74 adhérents et compte mobiliser un réseau de quelque 200 sympathisants.
Président de la section, le Rouffachois Hubert Ott, ancien militant de l’écologie associative, croit beaucoup au positionnement du MoDem « au-dessus de la logique des partis » : « Nous proposons une alternative aux gens de droite comme de gauche. Nous avons l’ambition de répondre à l’ensemble des préoccupations des Alsaciens ». Président délégué de la section, Bertrand Zirgel insiste pour sa part sur « une sensibilité humaniste, environnementale et sociale ».
La composition de la section se veut à l’image de ce positionnement : on y trouve d’anciens UDF, comme Bertrand Zirgel, un ancien syndicaliste FO en la personne de Daniel Marguier, secrétaire, ou encore des militants issus du gaullisme. Une « richesse » et une « diversité de parcours » dont se félicite Odile Uhlrich-Mallet. Reste que la section compte aussi beaucoup de novices en politique, et compte bien mettre l’accent sur la formation des militants : « L’UDF était un parti de notables avec quelques militants. Le MoDem, c’est l’inverse : un parti de militants avec quelques élus, mais on ambitionne d’en avoir plus », sourit Bertrand Zirgel.
Première échéance à venir, les élections européennes du mois de juin : « Notre objectif, c’est d’avoir un candidat alsacien bien placé sur la liste du Grand Est », annoncent en cœur Hubert Ott et Yves Baumuller. La candidature de Bernard Stoessel, président du MoDem haut-rhinois, recueille le consensus au sein de la section, mais Odile Uhlrich-Mallet est également sur les rangs. Pour ouvrir le débat des européennes, les jeunes MoDem proposent un stammtisch ce mercredi 14 janvier à 21 h au Cygne, en présence de la députée européenne Nathalie Griesbeck. Au programme, le bilan de la présidence française de l’Union. 

Contacter 

courriel : modem_crv google-groups.com. Réunions en soirée les deuxièmes mercredis du mois au restaurant « Le Cygne », rue Édouard Richard à Colmar. 

Modem : « Devenir une alternative »

 

Un an après la création du Mouvement Démocrate, le parti de François Bayrou commence à mettre en place ses ramifications locales. La section Colmar-Rhin-Vosges, déjà opérationnelle en 2008, a été officialisée le 17 décembre dernier. Hubert Ott, un Rouffachois de 44 ans, en est le président.

Ils ont mis du temps mais c’est désormais officiel. Trois mois après la création du Mouvement Démocrate 68, Colmar-Rhin-Vosges est la première des cinq sections haut-rhinoises à s’être constituée. « Le parti a été construit avec les militants », souligne Odile Uhlrich-Mallet, chef de file du Modem sur Colmar. « Cela a pris du temps mais les bases sont solides », argumente-t-elle pour expliquer l’année écoulée entre le congrès fondateur de Villepinte en décembre 2007 et la mise en place des sections locales.

 

 « Répondre à l’ensemble des Alsaciens » 

 L’ambition de la plus grande section du département est de sortir, comme ne cesse de le marteler le leader du Modem, de la logique des partis. « On souhaite répondre à l’ensemble des préoccupations des Alsaciens », affirme Hubert Ott, le président (voir encadré). « On ne se situe pas au centre de l’échiquier politique. On souhaite devenir une alternative. » Une alternative illustrée par la diversité des parcours des dirigeants et des militants. « Une véritable richesse » pour la construction d’un programme politique.
 Forte de 74 membres et de 200 sympathisants, la section Colmar-Rhin-Vosges espère se faire connaître rapidement pour grandir sereinement. « Nous ouvrirons largement nos portes lors de nos réunions (*) », assure Bertrand Zirgler, le président délégué. « C’est le meilleur moyen pour inciter les gens à franchir le pas et nous rejoindre. »


 Si tout n’est pas encore organisé dans les moindre détails, cinq groupes – accueil des nouveaux militants et développement du réseau ; événementiel/animation/prospection ; formation des nouveaux militants ; organisation/Internet ; communication extérieure – animés par une vingtaine de personnes forment l’ossature de la cellule Haut-Rhin nord. Suivront des groupes thématiques ainsi que des correspondants locaux dans chaque canton pour « privilégier le dialogue concret. » 

Les européennes, première échéance électorale 

 Neuf dans le paysage politique haut-rhinois, les membres de la section ambitionnent néanmoins de se retrouver le plus tôt aux affaires, à l’image d’Odile Uhlrich-Mallet et Yves Baumuller, respectivement adjoint à la mairie de Colmar et conseiller municipal délégué. « Ce n’est que de cette manière qu’on pourra progresser. On ne veut pas être spectateur mais acteur de la politique réelle », précise Hubert Ott.
 Concernant les élections européennes de juin, le Modem 68 compte s’investir et jouer un rôle dans la liste Grand-Est de son parti. « On voudrait qu’un Alsacien soit en bonne position », révèle Yves
Baumuller. « Les candidatures sont ouvertes. Celle de Bernard Stoessel (président du Modem 68, ndlr), compagnon de route de longue date de François Bayrou, nous paraît légitime à plus d’un titre. » 

J-T.W 

Contact : modem_crv@googlegroups.com 

(*) Tous les deuxièmes mercredis du mois au restaurant Au Cygne à Colmar 

Hubert Ott, président

 

 

Ce n’est pas un(e) Colmarien(ne) qui a été élu(e) à la tête de la section la plus importante du département. « Je tenais personnellement à ce que soit quelqu’un d’extérieur », a précisé Odile Uhlirch-Mallet, chef de file du Mouvement Démocrate à Colmar. C’est Hubert Ott, un Rouffachois de 44 ans qui a été porté, le 17 décembre dernier, à la présidence de la section Colmar Rhin-Vosges forte de 11 cantons qui forment la 1ere et 2e circonscription du département. Il est également membre de la présidence collégiale du Modem 68 depuis septembre 2008.

Hubert Ott est connu pour avoir de forts engagements associatifs à caractère environnemental. Il est membre de la fédération régionale de protection de la nature, du comité directeur du club vosgien et il a créé sa propre association en 2001 – Rouffach Incitation Nature – qui compte 500 adhérents dans le Haut-Rhin.
Avant d’adhérer au Modem en octobre 2007, il a fait acte de candidature à deux reprises aux élections municipales de Rouffach avec à la clé un poste de conseiller municipal en 1995 et en 2001. Il s’est présenté aux élections cantonales de Rouffach en mars 2008 sous les couleurs de son nouveau parti, récoltant 22,5% des voix lors de la triangulaire du second tour. 

© Dernières Nouvelles D’alsace, Dimanche 11 Janvier 2009. – Tous droits de reproduction réservés 

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine