13 mars 2008 ~ 0 Commentaire

Consignes et justifications (Article DNA)

Dans un communiqué diffusé hier, Odile Uhlrich-Mallet, Guy Waehren et Yves Baumuller rappellent que l’accord avec Gilbert Meyer « a été validé par les instances nationales de l’UDF-Mouvement Démocrate ». Ils précisent aussi qu’ils présenteront « régulièrement » leur action auprès des membres de « Colmar en Mouvement », ceux du MoDem et auprès des Colmariens. « Ce n’est pas un partenariat aisé après le combat politique mené, mais le seul qui nous permet de continuer à nous exprimer et qui nous permet d’agir avec la constitution d’un groupe MoDem au sein de la future municipalité, se justifient-ils. Nous apporterons de la couleur à la future municipalité qui, sans nous, serait presque exclusivement UMP, ce qui n’est pas une bonne chose pour la démocratie. Plutôt que d’être passif pendant six ans et de se réjouir des erreurs commises, nous préférons agir en prenant notre part de responsabilité. »
Si cet accord entre le maire sortant et le MoDem a été entériné par les 3/4 de l’équipe « Colmar en mouvement », le quart restant a précisé hier qu’« ayant combattu le maire sortant Gilbert Meyer, nous sommes un groupe de « Colmar en mouvement » qui ne peut adhérer à la décision de se rallier à celui-ci. Restant fidèles à nos convictions et à notre éthique, nous invitons nos concitoyens à voter dimanche prochain, en leur âme et conscience ».

« Blanc bonnet et bonnet blanc »

Pour sa part, la section colmarienne du PCF prend acte de la « sanction inévitable pour la gauche » liée à l’échec de « cette union de toutes les forces de gauche, écologistes et progressistes ». Pour le second tour des municipales, les communistes se refusent de choisir entre « blanc bonnet et bonnet blanc ».
S’exprimant en son nom personnel, n’ayant pas eu le temps de réunir tous les membres de la liste « Rassemblés et Solidaires », Paul Layer souligne que « les forces de gauche à Colmar n’ont pas à se déterminer entre deux listes de droite » avant « d’attirer leur attention sur les risques que constituerait pour notre ville l’élection d’un candidat ultra-libéral ». Pour conclure : « Je les incite donc à ne pas choisir la solution du pire. Autrement dit, je les invite à ne pas voter pour la liste Roland Wagner ».
De l’autre côté de l’échiquier politique, le Front national d’Alsace actionne actuellement son réseau colmarien pour demander à ses sympathisants et militants de voter pour Gilbert Meyer. Une campagne menée de façon « officieuse » selon un cadre du parti, Jean-Marie Le Pen n’ayant pas souhaité officialiser son soutien au maire UMP de Colmar.

F. By

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les Jeunes CDH Verviétois |
palabre |
Services d’intérêt économiq... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN
| actualites politiques natio...
| sans violence et sans haine